Non je ne suis pas malade, du moins physiquement.

Moralement c'est une autre affaire. J'ai l'impression de m'enliser en ce moment. Les affaires ne sont pas au beau fixe et les derniers visuels proposés ne remportent pas un grand succés. J'ai d'ailleurs un peu de mal à savoir si le problème ne vient pas plus du manque de fréquentation du blog ce mois-ci que du désinterêt qu'inspire les derniers projets de t-shirts.

Il y a sans doute un peu des deux. Dur dans ces conditions de prendre le risque de lancer des précommandes, car en l'états actuel des choses j'ai de gros doute sur ma capacité à assumer un échec trop important. Surtout que ça tombe dans la période ou en plus des frais fixe et autres charge mensuelle, je dois payer l'hergement de la boutique.

Encore une fois je me rend compte que le blog joue un role essentiel quand à mes prises de décisions sur de futurs modèles. Il suffit qu'il y ai une baisse significative du nombre de visiteur et donc de visibilité des nouveaux produits pour que tout s'écroule.

C'est sans doute de ma faute car ces derniers temps je ne blogue pas beaucoup.

Je n'ai guère le choix, car encore une fois ma situation financiaire m'a obligé à accepter de faire un tas d'heures supplémentaires en cafeteria.

Même si ce n'est pas du tout mon metier (et j'espère que ça ne le deviendra pas) j'ai quand même la chance de pouvoir trouver ce substitut en matière de revenu, sinon je ne vous dit pas la catastrophe.

Il faut dire que c'est grace à Caroline, qui est responsable dans cette cafet', ce qui facilite bien les choses, surtout en matière d'horaire. ça nous permet de pouvoir garder la petite chacun son tour.

Cependant il y a un revers à la médaille. Non seulement on ne se voit pratiquement plus pendant ces périodes, mais en plus dés que j'ai fini mes horaires je dois m'occupper de la petite. Et à presque deux ans, j'aime autant vous dire qu'il vaut mieux ne pas la quitter trop longtemps des yeux.

Aucune place ne se libérant en crêche ou en garderie, ça devient de plus en plus difficile d'arriver à travailler sur de nouveaux visuels.

La situation commence à me faire peur car j'ai l'impression que je m'enferme dans un cycle infernal. A savoir que si je ne lance pas de nouveaux modèles, je vais être obligé de continuer de plus en plus à bosser en cafétéria. Ce qui veux dire que je vais avoir de moins en moins de temps pour All-Tribes.

Franchement ça craint un max !...

Là j'ai deux jours devant moi et je refait trois jour en cafet'. Sauf que pendant ces deux jours je suis encore seul avec la petite. En plus elle commence à pâtir, de la situation puisque ça fait une semaine qu'elle n'est pas sorti ballader undecided

Pour finir, les quelques moments que j'aurais dû donner à ma fille et à All-Tribes la semaine dernière, je les ai sacrifié pour répondre à un appel d'offre de la banque postale pour l'habillage de l'un de leur nouveau progiciel.

Je ne suis pas sûr que ce sera positif, car il y a de la concurrence et j'ai encore une fois eu trop peu de temps pour m'en occuper.

Bref, je vais péter un cable. Cette situation ne pourra pas durer trop longtemps. Soit on trouve rapidement le moyen de faire garder la petite le temps que je puisse travailler sérieusement sur de nouveaux modèles soit Caroline devra être obligé d'entâmer ces jours de vacances.

ça commence à faire beaucoup de sacrifices de la part de mes chéries...

Plus concrêtement il me reste peu de temps pour sortir des nouveautés avant les fêtes de fin d'année.

Si je n'y arrive pas, je n'aurais d'autre choix que d'arrêter les frais en début d'année prochaine, si ce n'est pas avant.

De toutes manières il y a une échéance à laquelle je n'échapperais pas. En mars prochain, j'attaque le troisième exercice fiscal et si dans le meilleurs des cas, All-Tribes n'est pas à l'équilibre ou n'a pas trouver de financement, c'est la fin...

:-(

P.S. ce billet n'est pas destiné à vous faire pleurer. Il me semble simplement que vous me suivez depuis suffisament longtemps pour avoir droit à des explications sur mes silences et sur le devenir d'All-Tribes. Surtout que vous avez été pour la majeure partie d'entre vous les poumonts de mon entreprise en investissant vos deniers et en me remontant le moral quand il était au plus bas.

Heureusement que vous êtes là d'ailleurs, car si je devais compter sur le XV de France....

Naaan je plaisante ! Merci au bleus d'avoir fait croire à beaucoup d'entre nous que c'était possible :-)